Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture

Offert !

Le lien de causalité : Commentaire de l'arrêt Perruche (Assemblée plénière, 17 novembre 2000)

Accédez à la dissert' du jour !

Les non-citoyens et la cité en Grèce ancienne

Résumé de l'exposé

Le monde grec égéen est le monde la cité. La cité, polis en grec ancien, constitue le cadre de vie prédominant, celui dans lequel s’inscrivent les activités éco et de déterminent les statuts sociaux. Ce système, apparu aux alentours du VIIIe siècle avant JV, correspond d’abord à un territoire qui comprend la ville principale (l’asty) et la zone rurale qui l’entoure (la chôra), ainsi que des régions plus éloignées, abandonnées aux pâturages et aux friches (les eschatiai).

Dans la ville sont concentrées les principales fonctions religieuses et politiques, mais aussi une partie de la production artisanale et la plupart des lieux d’échanges. La chôra est le territoire cultivé encadré par les villages et les sanctuaires ruraux. La cité est une communauté politique régie par des institutions et des lois communes. Elle s’identifie à l’ensemble des citoyens qui la composent, c'est-à-dire ceux qui ont le monopole de la vie politique et qui prennent des décisions pour l’ensemble de la communauté. D’autre part, cette communauté comprend, à la fois, les citoyens et leurs familles, et également des habitants libres, mais non citoyens (appelés métèques) et des non libres (les esclaves).

De ce fait, en quoi la cité exerce-t-elle un pouvoir à l’égard des non-citoyens ? Et en dépit de leur exclusion de la vie politique, en quoi les non-citoyens participent-ils activement à la vie de la cité ?

...