Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture

Offert !

Cour de cassation, chambre mixte, 8 juin 2007 - la formation du contrat de cautionnement

Accédez à la dissert' du jour !

Commentaire de texte: le plan Marshall (5 juin 1947)

Résumé de l'exposé

Les Etats-Unis sortent de la seconde guerre mondiale en position de force face au monde. D’abord, ils font partis des vainqueurs incontestés, comme le déclare la conférence de Yalta. On les a vu soutenir le camp des alliés depuis la loi prêt-bail de mars 1941. Celle-ci autorisait le gouvernement américain à fournir du matériel de guerre à certains pays, notamment la Grande-Bretagne. Et puis, du fait de leur entrée plus tardive dans le conflit et de leur stratégie, les Etats-Unis n’ont subi que très peu de pertes matérielles et financières par rapport aux pays européens. D’ailleurs, en Europe, les pertes sont telles que le redressement économique apparaît très difficile. Immédiatement se pose le problème des réparations, auquel les Etats-Unis proposent des solutions.
La Conférence de Bretton Woods de juillet 1944 vise à établir la libre convertibilité des monnaies, c'est-à-dire plus de stabilité. Pour ce faire, elle crée le Fonds Monétaire International (FMI) et la Banque internationale pour la reconstruction et le développement, ou Banque mondiale (BIRDS). L’organisation des Nations Unies (ONU) créée en 1945 comporte des branches qui travaillent à la restructuration de l’économie : le Conseil économique et social (ECOSOC), et l’United Nations Relief and Rehabilitation Agency (UNRRA) alimenté de fonds américains redistribués sous forme de dons. Les Etats-Unis fournissent d’autres prêts visant à alléger le problème économique en Europe. Mais c’est en 1947 qu’une aide économique organisée est proposée aux pays détruits.
Plus connue sous le nom de plan Marshall, cette aide économique est l’initiative du général George Marshall, secrétaire d’Etat américain depuis janvier 1947, et ancien chef d’état-major des Etats-Unis entre 1939 et 1945. Ce plan naît lors du discours qu’il prononce le 5 juin 1947 à l’université de Harvard, le jour symbolique de la remise des diplômes, devant l’ensemble des étudiants et professeurs : il s’agit donc d’un discours officiel. Cet événement fait suite au discours du 12 mars prononcé par le président américain, Harry Truman, devant le Congrès. C’est là qu’il lance une politique d’ « aide aux peuples libres » dont il estime qu’elle doit impérativement passer par le biais de l’économie, et éradiquer le totalitarisme qu’incarnent les régimes communistes. Cette politique dite de containment ou d’endiguement du communisme espère aboutir au retour de la stabilité politique et économique mondiale, condition pour la paix. Le plan Marshall constitue donc cette aide promue par le président Truman.
A travers l’étude du discours du 5 juin, nous tenterons de comprendre, par l’interprétation de ses arguments, comment le général Marshall justifie ce plan : pourquoi l’Europe a-t-elle besoin d’une aide, et pourquoi cette aide doit-elle venir des Etats-Unis, quels buts se donne-t-elle ? Ainsi, nous nous pencherons sur les deux problèmes que soulève l’auteur : l’instabilité de la structure économique mondiale, et l’état désastreux de l’Europe, analysant à chaque fois le bilan qui en est dressé, et les solutions qui y sont proposées.

...