Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture

Offert !

Le lien de causalité : Commentaire de l'arrêt Perruche (Assemblée plénière, 17 novembre 2000)

Accédez à la dissert' du jour !

Fonctions et pouvoir de l’aristocratie du haut Moyen-Âge

Résumé de l'exposé

Encadrer, protéger, diriger les populations sont les fonctions que la société reconnaît à l’aristocratie. Pour cela, ils bénéficient de qualités guerrières, de moyens matériaux (richesse) et d’un réseau social étendu (famille, amis). A cela s’ajoute la fonction de service, soit la compétence administrative. Enfin, son dernier atout est son dynamisme religieux : l’aristocratie guide les populations dans le cadre de l’Eglise. Ainsi, aux fonctions temporelles s’ajoute le « sacré ». L’aristocratie encadre donc la population dans la sphère publique et privée, même si à l’époque on ne distingue pas ces deux systèmes d’encadrement.
•Public : L’aristocrate est le représentant du roi (dans le palais et en province)
•Privé : Il domine dans ses terres propres (il détient le pouvoir sur les hommes vivant sur ses terres)

Ce système provient de la defensio romaine (la défense publique assurée par l’Etat romain) et le pouvoir du maître sur la familia (potestas romaine ou mund germanique : soit le privé). Les rois utilisent ces deux pouvoirs : c’est « l’interprétation des deux formes de protection » (Régine Le Jan), soit la protection du citoyen et des dépendants.
A partir du milieu du VIIIe siècle, soit à partir de l’arrivée des Carolingiens au pouvoir (751), Pépin le Bref puis Charlemagne réforment ce système en faisant de l’élite une aristocratie avant tout de « service », qui se hiérarchise : on distingue désormais une élite minoritaire très proche du pouvoir (la proceres) gouvernant au côté du roi, du reste (la nobiles). Selon Régine Le Jan, « encadrer, protéger et prélever, telles étaient les fonctions de l’aristocratie ».

...