Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture

Offert !

Le lien de causalité : Commentaire de l'arrêt Perruche (Assemblée plénière, 17 novembre 2000)

Accédez à la dissert' du jour !

Les nerfs crâniens

Extraits du cours

[...] Il émerge du tronc cérébral au niveau du sillon bulbo-protubérantiel : composante motrice : le noyau moteur du VII est situé au dessous du noyau moteur du V composante sensitive et gustative : les fibres afférentes ont leur corps cellulaire dans le ganglion géniculé, situé à l’intérieur du rocher, et se terminent dans le noyau du faisceau solitaire noyau sensitif commun aux VII, IX et X). Cette composante sensitive et gustative correspond au VII bis = nerf facial intermédiaire de Wrisberg. Systématisation du VII Facial moteur (VII) muscles de la face (de la mimique) ventre postérieur du digastrique, stylohyoïdien et muscle de l’étrier (petit muscle de l’oreille moyenne) Facial sensitif (VII bis) son territoire est très peu étendu et uniquement cutané. [...]


[...] Les nerfs crâniens émergent à la face inférieure de l’encéphale. Il en existe 12 paires numérotées, en chiffre romain, selon l’ordre de leur émergence. On distingue ainsi, de haut en bas : I = nerf olfactif VII = nerf facial II = nerf optique VIII = nerf auditif III = nerf oculomoteur IX = nerf glossopharyngien IV = nerf trochléaire X = nerf vague (ou pneumogastrique) V = nerf trijumeau XI = nerf spinal (ou accessoire du vague) VI = nerf abducens XII = nerf hypoglosse Sur le plan physiologique, les nerfs crâniens peuvent être sensitifs, moteurs ou mixtes : nerfs sensitifs : I (olfactif), II (optique), VIII (auditif) nerfs moteurs : III (oculomoteur), IV (trochléaire), VI (abducens), XI (spinal), XII (hypoglosse) nerfs mixtes : V (trijumeau), VII (facial), IX (glossopharyngien), X (vague) I NOYAUX DES NERFS CRANIENS A l’exception des nerfs olfactif et optique qui sont reliés directement aux hémisphères cérébraux (bulbes olfactifs) pour le I et au thalamus (corps genouillés) pour le II, les 10 autres paires de nerfs crâniens sont reliés au tronc cérébral (protubérance ou bulbe). [...]


[...] L’extrémité inférieure du noyau ambigü se poursuit jusque dans la corne ventrale de la moelle cervicale (de C1 à C5) en formant le noyau du XI, qui innerve 2 muscles : trapèze et sternocléïdomastoïdien noyau du XII, qui innerve les muscles de la langue. L’homologue de la voie cortico-spinale (ou pyramidale) de la motricité volontaire est, pour les nerfs crâniens, la voie cortico-nucléaire (ou géniculée). Elle est accolée au faisceau cortico-spinal jusqu’au tronc cérébral, puis s’en sépare pour se distribuer aux différents noyaux moteurs des nerfs crâniens du côté opposé (toutes les voies motrices sont croisées). On lui distingue 2 contingents de fibres : faisceau oculocéphalogyre, qui se distribue aux noyaux des nerfs III, IV, VI et XI. [...]


[...] Les fibres gustatives empruntent le nerf laryngé supérieur et se terminent au niveau du noyau du faisceau solitaire. Leur corps cellulaire se trouve dans le ganglion inférieur du X X végétatif : composante très importante du système nerveux paraΣ fibres motrices : issues du noyau dorsal du elles innervent le muscle cardiaque, les muscles trachéobronchiques et digestifs fibres sensitives : elles innervent le cœur, les gros vaisseaux (barorécepteurs), l’appareil bronchopulmonaire et digestif. Leur corps cellulaire se trouve dans le ganglion inférieur du X. [...]


[...] II NERF TRIJUMEAU Le V est le plus volumineux des nerfs crâniens, son trajet est uniquement intracrânien. Il émerge de la région latérale de la protubérance par 2 racines : l’une volumineuse, sensitive, l’autre fine, motrice. la racine motrice naît du noyau moteur du V (noyau masticateur) et suit le trajet du V3. Elle contient les motoneurones destinés à l’innervation des muscles masticateurs : masséter, temporal, ptérygoïdiens médial et latéral, ventre antérieur du digastrique, mylohyoïdien + un muscle du voile du palais péristaphylin externe ou tenseur du voile) la racine sensitive est constituée de neurones sensitifs en T présentant 2 prolongements axonaux à partir du corps cellulaire situé dans le ganglion trigéminal : le 1er prolongement va de la périphérie jusqu’au ganglion trigéminal le 2éme prolongement va du ganglion trigéminal jusqu’au noyau sensitif du V : - noyau principal : tact épicritique oro-facial - noyau spinal : température et douleur - noyau mésencéphalique : contient les corps cellulaires des fibres proprioceptives. [...]