Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture

Offert !

Le pacte de préférence et ses applications

Accédez à la dissert' du jour !

Le cannabis : drogue ou médicament ? (TPE)

Résumé du TD

Le chanvre (cannabis sativa L.), surtout connu sous son nom latin Cannabis a une origine géographique peu connu, il a été découvert en Asie puis il s'est répandu sur l'ensemble des continents.

La Chine a commencé à utiliser, vers 3000 ans avant JC, les graines de cette substance à des fins thérapeutiques sans en connaitre les indications et les effets thérapeutiques précis ; ainsi que ces fibres solides pour la décoration ou le textile.

L'utilisation du cannabis s'est ensuite observée dans de nombreux pays, il fait partie des 365 plantes d'origine végétale de la première pharmacopée.

Avec l'évolution de la biologie moléculaire et de la pharmacologie, le principe actif de cette plante a été découvert ainsi que son mode d'action et ceci a permis son utilisation en thérapeutique.
Cependant, on observe toujours un abus de consommation illicite de cette substance en tant que drogue.

I. Le cannabis, mode d'action :

A. Les récepteurs responsables :

Les récepteurs sur lequel agit le cannabis sont les récepteurs cannabinoïdes, celles-ci existe de deux types :
- Les récepteurs CB1 sont des récepteurs transmembranaires des cellules du système nerveux central. On observe une forte concentration dans la partie corticale du cervelet, l'hippocampe, et la substance réticulé.
- Les récepteurs CB2 sont ceux placés hors du cerveau, dit de "périphérie", souvent associé aux cellules de défenses immunitaires, surtout dans la rate.

Le rôle majeur de ces récepteurs est la modulation de la libération de neurotransmetteurs.

B. L'agoniste endogène :

Il existe une molécule endogène qui se lie à ces récepteurs, il s'agit de l'anandamide, un dérivé de l'acide arachidonique. Celle-ci se trouve en forte quantité dans le cerveau, dans le testicule et aussi la rate. Son action consiste à inhiber l'adénylcyclase, et donc inhiber les courants calciques et potassiques. Cela diminue ainsi la libération des médiateurs. Il s'agit d'une sorte de rétrocontrôle, le neuromédiateur libéré par un neurone engendre la synthèse de l'agoniste qui lui aura comme action de diminuer la libération de ce neuromédiateur ()

...