Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture

Offert !

Les avant-contrats préparatoires à la cession de droits sociaux

Accédez à la dissert' du jour !

Le travail n'est-il que servitude ?

Extraits de l'exposé

[...] Toutefois, ce point de vue est réducteur : il est faux de ne pas distinguer le travail aliénant du travail en général. Le travail est ce qui relie tous les hommes, en disparaissant il coupe toute communication, toute socialisation. Or la socialisation est importante, la société est un lieu d’expression qui permet à l’homme d’affirmer ses opinions donc de construire sa liberté. [...]


[...] Le travail, qu’il soit physique ou intellectuel permet de nous instruire et donc de nous construire. L’instruction amène alors l’homme à réfléchir et même parfois à se libérer de l’emprise des autres. Prenons l’exemple de Gandhi, qui en allant travailler dans les pays européens a permis à l’Inde de devenir indépendante en 1947, d’être libérée de l’emprise des colonisateurs. Son travail de réflexion n’aurait pas pu être effectif s’il n’avait pas travaillé (dans le sens physique) en Angleterre : son déplacement vers l’Europe lui a permis de voir que l’homme européen est plus libre que l’homme asiatique et il a répandu ses idées. [...]


[...] Sujet : Le travail n’est-il que servitude ? Lorsque Aristote, philosophe antique dit : Le jour où les navettes tisseront toutes seules, on n’aura plus besoin d’esclaves il met en rapport le travail et l’esclavage. En effet, il pense alors que la disparition du travail entraînera la disparition de l’esclavage. On peut alors comprendre par cette formule que le travail est considéré comme objet de servitude, c’est-à-dire que l’homme est rendu esclave en travaillant. Or, est esclave celui qui n’est pas libre, ainsi est-ce que le travail remet en cause la liberté de l’homme ? [...]

sur 3