Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture

Offert !

Les avant-contrats préparatoires à la cession de droits sociaux

Accédez à la dissert' du jour !

A quelle vérité la raison nous mène-t-elle ?

Extraits de l'exposé

[...] La vérité peut donc se définir comme la non contradiction d’un système de jugement, la cohérence des conséquences avec les prémisses (dans un raisonnement logique). Il peut aussi s’agir de l’accord des jugements expérimentaux avec l’hypothèse (dans le cas des sciences expérimentales), cette vérité est au moins provisoire : car si l’expérience peut réfuter l’hypothèse , elle ne peut la confirmer une fois pour toutes. La vérité expérimental est donc relative, non seulement aux axiomes posés au départ, mais au champ expérimental connu. En effet, de nouveaux jugements, à partir de nouvelles expériences peuvent infirmer l’hypothèse. [...]


[...] Selon Hume, les lois de la physique ne sont donc absolument pas nécessaire : elles ne reposent que sur l’habitude que nous avons de voir les phénomènes se dérouler de telle et telle manière. Avec Hume, c’est donc toute la connaissance qui est relativisée, et le caractère absolu de la vérité également. Il semble impossible de trancher entre rationalisme et empirisme : mieux vaudrait peut-être alors penser, comme Kant, que la raison et les sensations ne s’opposent pas mais sont complémentaires. [...]


[...] Or, seule la raison peut nous livrer cette Idée. Pour Platon, la connaissance, la vérité n’est donc accessible qu’à la raison. On retrouvera le rationalisme dans la science du 17ème siècle : Galilée dira que livre de la nature est écrit en langage mathématique autrement dit, que la structure du monde est mathématique, est qu’elle n’est donc accessible comme telle qu’à la raison. Toutefois, le rationalisme repose sur l’idée que nous possédons un certain nombre d’idées et de vérités de manière innée : ainsi, pour Platon, nous pouvons accéder aux Idées parce que nous nous souvenons de les avoir connues dans une vie antérieure ; de même pour Descartes, les idées innées ont été placées dans notre esprit par Dieu. [...]


[...] C’est que la connaissance, la vérité ne nous sont jamais donnée dès le départ, mais sont gagné progressivement sur l’erreur. Ainsi, dans les sciences physiques, la vérité n’est atteinte que progressivement, au fur et à mesure que nous rectifions nos erreurs. Le rôle de l’expérience est ici primordial : il suffit d’une expérience contraire à une loi pour que celle ci cesse d’être valable. Une loi devant être universelle, un cas qui échappe à la loi montre qu’elle n’est pas universelle et donc qu’elle n’est pas vraie, du moins pas absolument. [...]

sur 3