Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture

Offert !

Cour de cassation, chambre criminelle, 12 janvier 2010 - la responsabilité pénale des professeurs

Accédez à la dissert' du jour !

Dissertation sur la fin du roman

Résumé de l'exposé

La critique s'est assez peu penchée sur la question de la clôture romanesque, comparativement à l'intérêt qu'a pu susciter « l'incipit ». Pourtant, la fin du roman, qui peut mettre en jeu à différents niveaux d'importance les derniers chapitres, les dernières pages, les derniers paragraphes, les derniers mots de celui-ci, joue, au moins symboliquement, un rôle aussi important dans l'économie du roman que le début : elle marque non seulement les derniers moments de l'immersion dans la lecture mais encore le commencement d'une conception globale de l'oeuvre.

Philippe Hamon, qui fut l'un des premiers à s'intéresser au sujet, considère dans Texte et idéologie la fin du roman comme étant « le lieu privilégié qui par rétroaction, donne sa signification, donc sa « valeur », au système entier du texte, [] le point où est sanctionné [] la valeur des personnages. » Ainsi, la fin du roman, du fait même qu'elle parachève la narration et donne leur destinée finale aux personnages, serait un des éléments les plus à même d'induire la compréhension de l'oeuvre, et par conséquent sa critique.

En quoi cet effort de théorisation de la fin du roman aboutit-il ? Ces propos de Philippe Hamon s'adaptent-ils à tous les types de romans, aussi différents puissent-ils êtres ?

Au premier abord, cette formule semble s'appliquer de façon très pertinente à un certain nombre de romans dont la narration pourrait être considérée comme « traditionnelle » (I). Cela étant, il convient de se pencher sur certains cas pour lesquels les choses semblent être moins évidentes (II). Nous verrons cependant en quoi ces propos portent une certaine part d'universalité, liée à l'acte de lecture lui-même (III).

I. Au premier abord, cette formule semble s'appliquer de façon très pertinente à un certain nombre de romans dont la narration pourrait être considérée comme « traditionnelle »

A. La plupart des romans sont construits par une intrigue structurée qui fait de la fin un moment important, attendu et propice à une réflexion sur l'oeuvre

Le roman est ordinairement défini comme une oeuvre en prose, d'une certaine longueur, due à l'imagination, et racontant une histoire dans laquelle prennent place des personnages ()

...

Autres docs sur : Dissertation sur la fin du roman