Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture

Offert !

Cour de cassation, chambre criminelle, 12 janvier 2010 - la responsabilité pénale des professeurs

Accédez à la dissert' du jour !

Dissertation sur le théâtre à partir d'une citation de Dario Fo

Résumé de l'exposé

Dans son étude du Soulier de satin de Claudel, Michel Autrand précise les objectifs de sa démarche et, se référant au théâtre classique, fait observer que "quand il parle dramaturgie, Corneille ne parle à peu près jamais représentations". Il refuse ainsi de prendre en considération le rapport du texte aux contingences de la représentation : on doit aborder la dramaturgie par l'étude du texte, sans aucune considération de type spectaculaire. C'est donc contre la tradition d'un théâtre au service du texte que Dario Fo affirme, dans le Gai savoir de l'acteur, en 1999 : "A quoi sert l'improvisation ? A bâtir et tisser sur-le-champ un texte avec des situations, des mots, des gestes. Mais surtout à ôter de la tête des acteurs que le théâtre ne serait que de la littérature mise en scène, ornée de décors, et jouée au lieu d'être lue. Il n'en est rien. Le théâtre n'a rien à voir avec la littérature, quoi qu'on fasse pour l'y réduire. Brecht disait avec raison de Shakespeare : "?Dommage qu'il soit beau même à la lecture : c'est son seul défaut, mais il est grave. " Il avait raison. Une oeuvre théâtrale valable, paradoxalement, ne devrait pas plaire à la lecture et ne révéler sa valeur qu'à la réalisation scénique." Autrement dit, selon lui, le théâtre ne doit et ne peut s'assujettir au texte, car il est un spectacle. Irréductible donc à la littérature, il est nécessairement tributaire de la représentation scénique qui seule lui confère sa dimension plénière, aussi bien ludique par la relation vivante qui se noue entre des acteurs et un public qu'esthétique avec la création d'une forme nouvelle, et heuristique par la production d'un sens singulier. En privilégiant non sans véhémence la richesse et la spécificité de la représentation publique, ne risque-t-on pas de tomber dans le travers que dénonce justement Fo, celui de "réduire" le théâtre à une tendance plutôt qu'à une autre ? Peut-on vraiment choisir l'une au détriment de l'autre ? La présence de l'adverbe "paradoxalement" dans le propos de Fo montre toute l'ambiguïté d'une telle prise de position. Il s'agira en tout cas de s'intéresser, dans un premier moment, à la perspective défendue par Fo, celle du rejet du texte et de sa subordination à la mise en scène ()

...

Autres docs sur : Dissertation sur le théâtre à partir d'une citation de Dario Fo