Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture

Offert !

Cour de cassation, chambre mixte, 8 juin 2007 - la formation du contrat de cautionnement

Accédez à la dissert' du jour !

L'ironie et le pathétique dans "Madame Bovary" de Flaubert

Résumé de l'exposé

Dans une lettre du 9 octobre 1852, Flaubert a déclaré à propos de cette œuvre : « L’ironie n’enlève rien au pathétique, elle l’outre au contraire ». Discutez cette affirmation en étudiant l’ironie et le pathétique présents dans Madame Bovary de Flaubert.

C’est en 1856 que Flaubert a publié son œuvre éponyme, Madame Bovary. Celle-ci marque un tournant dans l’histoire littéraire. Maupassant a dit à ce propos : « l’apparition de Madame Bovary fut une révolution dans les Lettres ». On est témoin de la triste histoire d’une femme mal mariée qui, désespérée, va être amenée à tromper son mari puis, finalement, se suicider. L’écrivain dépeint les malheurs du vice à travers Emma mais aussi à travers les personnes qui l’entourent comme Charles, ses amants, Homais… Flaubert se joue de leur destin en employant le procédé de l’ironie qui peut provoquer à la fois rire (cynique) et sentiment pathétique. A première vue, on pourrait penser que s’il y a ironie, il n’y a pas pathétique, mais, dans une lettre du 9 octobre 1852, Flaubert a déclaré : « L’ironie n’enlève rien au pathétique, elle l’outre au contraire ». Nous allons donc nous interroger sur la manière dont se manifeste l’ironie dans l’oeuvre afin de voir si oui ou non, elle amplifie l’émotion du lecteur lorsqu’il lit Madame Bovary. Nous étudierons donc chaque partie dans cette optique.

...