Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture

Offert !

Comment devient-on haut fonctionnaire en France ?

Accédez à la dissert' du jour !

La tâche du romancier consiste-t-elle seulement à reproduire le réel ?

Résumé de l'exposé

Du conte et de l'épopée, genres empreints de merveilleux, le roman semble s'être démarqué notamment par son réalisme, au point que peindre le réel tel qu'il est puisse sembler comme une fonction constitutive de ce genre littéraire. Or la tâche du romancier consiste-t-elle seulement à reproduire le réel ? L'adverbe « seulement » laisse entendre que le romancier aurait la représentation du réel comme tâche indéniable : or cette évidence apparente, que l'on évoquera en premier lieu, ne doit-elle pas être remise en cause, comme nous le verrons ensuite ? Plus que de reproduire le réel, ne s'agit-il pas pour le romancier de donner une vision personnelle et subjective de la réalité ?

I. MIMÈSIS : LE ROMAN COMME REPRODUCTION DU RÉEL, COMME MIROIR DE LA RÉALITÉ

A. Des sous-genres romanesques ancrés dans la réalité

- Le roman historique :
comme le nom de ce genre l'indique, les romans historiques évoquent des réalités propres à une époque particulière et les personnages de ces romans ont souvent pour origine des êtres de chair et de sang : ainsi l'intrigue relatée dans Les Martyrs (1809) de Chateaubriand se déroule dans l'Antiquité romaine et traite des débuts du Christianisme ; de même, Quatre-vingt treize (1874) de Victor Hugo évoque l'évolution de la Révolution française et en particulier l'épisode sanglant de la Terreur.

- Le roman biographique ou autobiographique :
Albert Cohen dans l'oeuvre mi-biographique mi-autobiographique qu'est Le livre de ma mère raconte ses relations avec sa mère juive dans le contexte de la France antisémite du début du XXème siècle : par petites touches, il évoque notamment le Marseille de la Belle-Époque, puis ses occupations à Genève dans la Société des Nations lors de l'entre-deux-guerres. De même, Les Mémoires d'outre-tombe (1848) de Chateaubriand sont l'occasion pour l'auteur d'évoquer sa vie (1768-1848) ainsi que les événements historiques majeurs dont il fut témoin : la Révolution, l'Empire, la Restauration et la Monarchie de Juillet (...)

...