Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture

Offert !

Le lien de causalité : Commentaire de l'arrêt Perruche (Assemblée plénière, 17 novembre 2000)

Accédez à la dissert' du jour !

Spinoza : "Traité théologico-politique" (extrait)

Extraits du commentaire de texte

[...] Sous une tyrannie, il est donc impossible de mettre en exécution son droit de s’exprimer et d’avoir une opinion. Dès lors l’Homme, parallèlement au droit d’agir auquel il doit en parti renoncer, ne pourrait vivre en paix. Il serrait continuellement dans la crainte et redescendrait à un état primitif assurant seulement les besoins qui lui sont primaire tel que la sécurité, besoins du à la société par l’Etat. Ainsi si ce droit de raisonner et de juger doit être retiré à la société, l’Etat n’a plus aucun intérêts car il n’assure plus les fonctions pour lesquelles il à été formé. [...]


[...] Le philosophe en témoigne en utilisant le décret. Effectivement décréter, ce n’est rien autre qu’imposer sa propre volonté par l’intermédiaire de la loi. Il faut donc que tout pouvoir de décréter soit retirer à l’individu et soit attribué à l’Etat. On entend par pouvoir de décréter la possibilité d’imposer aux autres sa volonté grâce à l’installation de plusieurs lois. Dans l’optique de la mise en place d’un Etat, une partie de ce pouvoir doit être abandonné par tout individu afin d’être distribué à cet Etat qui a été désigné comme capable de diriger la société qui l’a choisi en utilisant la Raison. [...]


[...] Commentaire de texte Baruch Spinoza a beaucoup œuvré pour la stabilité politique de l’Etat en tout point de vue. Ainsi dans son Traité théologico-politique, Spinoza réfléchit sur le bon fonctionnement de l’Etat et va exposer ces idées et ce qu’il pense être bon pour que celui-ci soit le plus stable et le plus efficace possible. Dès lors le philosophe après analyse, conclut qu’il y a une grande différence entre ses pensées et ses paroles avec ses actions et qu’il faut dès lors ne pas les confondre. [...]


[...] dans quel cas l’Etat et la société ne sauraient quoi faire de cette critique. Dans la continuité de cette idée on peut dire qu’en politique essayer de convaincre un auditoire par la ruse ou une autre des méthodes citées n’est pas efficace alors que la Raison l’est. Spinoza affirme donc que pour que le bon fonctionnement de l’Etat soit observé, chacun doit renoncer à son droit d’agir par son propre décret en le reléguant à l’Etat malgré sa nature profonde qui le pousse à en user. [...]

sur 4