Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture

Offert !

Le lien de causalité : Commentaire de l'arrêt Perruche (Assemblée plénière, 17 novembre 2000)

Accédez à la dissert' du jour !

Introduction à la psycholinguistique

Extraits du cours

[...] L’avantage des simulations, c’est que ça permet de faire des lésions sur un modèle, pour pouvoir comparer au sujet réel. C’est assez développé pour les dyslexies. Pour les processus normaux : identification des mots, apprentissage du lexique Ces simulations informatiques sont complémentaires des performances obtenues avec des sujets réels. Ces méthodes se distinguent en fonction des indices qu’elles utilisent. Les indices correspondent à des réponses de l’organisme face à un stimulus langagier. On les appelle aussi des indicateurs Concrètement, en termes de méthode, ils nous donnent la VD, Variable Dépendante. [...]


[...] CATTELL (1886) WUNDT (1902) 1er laboratoire de psychologie expérimentale (qui s’intéressait aussi au langage) A cette époque, psychologues et linguistes s’ignorent totalement : 1ère rencontre officielle entre psychologues et linguistes leur objectif est de définir un champ de recherche commun : 2ème rencontre 1954 : OSGOOD (psychologue) et SEBEOK ( linguiste) publient Psycholinguistic naissance de la psycholinguistique. Dans cet ouvrage, la psycholinguistique est présentée comme une discipline nouvelle. Objectif : codage et décodage des messages linguistiques. On l’appelle la psycholinguistique de 1ère génération. En 1954, le courant dominant est le béhaviorisme. [...]


[...] Le principe de base, c’est de forcer le sujet à aller récupérer l’information en mémoire, c’est pour ça qu’on inclut des pseudo mots dans l’expérience. On regarde aussi les erreurs faites par le sujet. On manipule les caractéristiques des mots : on regarde si certains mots sont plus longs que d’autres à identifier. Par exemple, on peut comparer des mots avec un contenu émotionnel neutre à des mots grossiers ou tabous plus longs à identifier). Autre exemple : est-ce que c’est un animal ou pas ? [...]


[...] Les professionnels très intéressés par les découvertes de la psycholinguistique sont les publicitaires et les journalistes. IV ) Domaines d’études Perception du langage Ce domaine étudie les processus qui transforment un signal perceptif en une représentation interne. Signal perceptif : visuel ou sonore. Représentation interne : représentation mentale (abstraite on passe d’un signal concret à une représentation abstraite) Compréhension du langage Distinction oral / écrit. Langage écrit : comment le sujet interprète-t-il les mots, les phrases et les textes ? [...]


[...] CHOMSKY s’attaque aux principes du béhaviorisme les principes du béhaviorisme ne sont pas suffisants pour expliquer comment on traite une information langagière et comment on apprend une langue Le béhaviorisme ne prend pas en compte ce qu’on appelle la productivité du langage, le fait que nous soyons capables de produire une infinité d’énoncés que nous n’avons jamais appris et pour lesquels nous n’avons pas été renforcés. Apprendre une langue, c’est découvrir les règles d’organisation, c’est plus que du conditionnement. Les psychologues, déçus par le béhaviorisme, ont emboîté le pas à CHOMSKY psycholinguistique de 2ème génération. S ? ? R Comment fonctionne le système et comment le stimulus se transforme-t-il en réponse ? Les psychologues se sont mis à travailler sur les règles d’organisation qui étaient décrites par CHOMSKY. [...]