Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture

Offert !

Comment devient-on haut fonctionnaire en France ?

Accédez à la dissert' du jour !

La "société primitive" dans le structuralisme de Claude Levi Strauss

Résumé du commentaire de texte

L'intitulé de cette note de rechercher ne doit pas laisser croire qu'il s'agit ici d'effectuer un travail sur le structuralisme et ses méthodes en sciences sociales. Le projet de cette recherche est plutôt une tentative de délimiter le statut théorique de la société dite primitive à l'intérieur du système de Lévi Strauss. Le but en est de démontrer le caractère lacunaire de ce que cet auteur prétend apporter. Et surtout l'arrière plan philosophique sur lequel il se place pour revaloriser cette primitivité. Arrière plan qui charrie un certain nombre de présupposés globalement comparables à ceux des évolutionnistes. En effet, les concepts utilisés par Lévi Strauss en vue de cerner d'une manière plus claire et non ethnocentriste les sociétés des ethnologues, n'en sont pas moins ethnocentriques, teintées de valeurs philosophiques occidentales et par conséquent non neutres. Ce ne sont pas des concepts scientifiques comme on en construit d'une manière totalement objective dans d'autres sciences. Placée sur le mode de la réhabilitation, une partie de l'œuvre de Lévi Strauss apparaît plus comme un travail philosophique sur certaines formes de pensée qu'en tant que travail théorique de validation d'un concept que serait la société primitive. Cette expression reste, malgré et peut être grâce à cet auteur, entachée de prénotions, et son emploi nécessite encore, selon les circonstances et l'auteur (c'est le cas de bien d'autres notions en sciences sociales) une redéfinition plus ou moins large.
Pour cette raison, on a du mal à comprendre cette prétende revalorisation, si l'on refuse le point le point de vue folkloriste de la psychologie des peuples et dès qu'on tente de se placer au niveau des concepts utilisés ici, de leur donner un contenu intelligible en dehors des présupposés évolutionnistes.
Pour cette même raison, il semble nécessaire afin de percevoir nettement la problématique de recherche dans l'histoire de la pensée dont celle qui nous occupe tente de se détacher, constituant épistémologiquement une rupture dans l'ethnologie.
De cette manière, il sera possible de cerner la nature de cette « société primitive » après la mise en évidence du déplacement de sens qui s'opère quand on passe de l'âge d'or - fini dans 1e temps - à celui qui perdure à côté du temps. L'hypothèse est que la société primitive de Lévi Strauss, même si elle ne relève plus d'un âge, à fortiori antérieur, reste dans le ghetto intemporel, d'une manière d'autant plus gênante qu'elle semble constituer elle-même son intemporalité. C'est pour cette raison que l'analyse se basera moins sur des données ethnographiques que sur des travaux théoriques. Pour cette raison aussi qu'elle se veut théorique, cherchant dans l'histoire de la pensée la constitution épistémologique de l'anthropologie structurale qui correspond malgré tout à une rupture avec l'ethnologie.

...