Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture

Offert !

Comment devient-on haut fonctionnaire en France ?

Accédez à la dissert' du jour !

Les nouvelles inégalités et discriminations

Extraits de l'exposé

[...] Cela ne veut pas dire l’égalité des positions ni la justice sociale. Néanmoins, dans le modèle durkheimien, les groupes, mêmes subordonnés, ont leur place, parce que leur présence est nécessaire à l’ensemble. A ce niveau là, il y a contradiction et ambiguïté de la part de l’auteur car il affirme que la problématique qu’affrontent ces jeunes n’est pas d’être en dehors de la société (espace, statut). Pour autant, ils ne sont pas dedans [ou peut être à la périphérie] : aucune place reconnue et, pour beaucoup, peu de perspective de pouvoir s’en ménager une. [...]


[...] L’attention exclusivement portée à la délinquance de ces jeunes, en leur faisant jouer le rôle de la classe dangereuse, renforce la stigmatisation dont ils sont déjà l’objet dans les différents secteurs de la vie sociale. Robert Castel remarque que, ces jeunes ne souffrent pas seulement d’un déficit de légitimité politique ou de ressources sociales. A partir de la disqualification dont ils sont l’objet, ils deviennent des réceptacles privilégiés pour canaliser les craintes qui traversent l’ensemble de la société comme des boucs émissaires. Ce faisant, ils reprennent aux vagabonds et aux prolétaires des siècles précédents le flambeau des classes dangereuses. [...]


[...] Non pas rejetée au dehors dans un ghetto, mais tenue à distance par le centre, cette population subit selon lui un phénomène de discrimination négative que l’on peut saisir au moins dans trois domaines : l’école (les sauvageons sont le résultat des manquements de l’appareil scolaire), de l’emploi (des travailleurs sans travail), et la double relation difficile à la police et à la justice. Cette discrimination est à l’origine d’une frustration : celle des promesses de la République qui ne sont pas tenues. Ce qui amène Robert Castel à diagnostiquer dans les émeutes de novembre 2005 une révolte du désespoir face à une situation paradoxale. [...]


[...] Ensuite dans une seconde partie nous allons expliquer ce que sont les discriminations négatives en opposition aux discriminations positives. Enfin pour finir nous allons voir les propositions faites contre ses fléaux et les limites de ses propositions Des nouvelles inégalités Le postulat majeur sur lequel s’appuie J.P. Fitoussi et P. Rosanvallon est la crise de la société française. Alors que certains apportent des explications conjoncturelles à la "fracture sociale" en mettant en avant le chômage comme responsable, et prédit un retour à l’équilibre social d’hier avec le retour de la croissance durable, les auteurs diagnostiquent un malaise profond, identitaire et anthropologique qui nécessite une réflexion qui va au-delà de la seule problématique du chômage.J.P. [...]


[...] Puis identifier et combattre la réalité des discriminations avec des processus répressifs certes, mais aussi la valorisation des expériences et histoires communes. Et enfin développer des politiques de discrimination positive, non par la différenciation des minorités, mais par le territorialisation accrue des approches avec traitement à parité de toutes les populations défavorisées sans oublier de parler des populations habitant les campagnes qui comparé aux populations habitant la banlieue sont vraiment en dehors du marché de l’emploi donc frappé par le chômage , ont moins de service de transport à leur disposition pour les activités de loisirs ou culturelles etc . [...]