Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture

Offert !

Norbert Elias et la loi du monopole

Accédez à la dissert' du jour !

L'entreprise, système de décision

Résumé du cours

[]
Simon va critiquer le processus de décision et remettre en cause les étapes du processus.
Pour lui prendre une décision ce n'est pas systématiquement répondre à un problème donné, quelques fois le problème apparaît peu à peu, par ailleurs l'environnement peut être trop complexe pour être maîtrisé par un individu. En conséquence il propose de prendre pour point de départ l'homme et ses capacités limitées ; la solution optimale est donc hors de portée, le décideur doit rechercher une solution satisfaisante : on parle de « rationalité limitée ».

Pour Simon le processus décisionnel se divise en trois phases c'est ce qu'il appelle I.M.C. c'est-à-dire intelligence, modélisation, choix auquel on ajoute contrôle.
*Intelligence : Dans cette étape on pose le problème, c'est une phase d'analyse de la situation et de son environnement.
* Modélisation : C'est le moment de la conception des différentes options possibles, de définition de la stratégie, cela suppose que dans un premier temps on organise les informations puis que l'on mette en parallèle le problème et les objectifs c'est-à-dire que l'on confronte la situation actuelle de la situation recherchée, enfin que l'on compare les avantages et les inconvénients.
* Choix : L'évaluation et le choix se font en fonction des objectifs mais également des normes ou encore de l'intuition.

Cela permet à Simon de faire un distinguo entre la rationalité substantive et la rationalité procédurale.
La rationalité substantive s'appuie sur le raisonnement déductif et analytique, le modèle classique s'appuie sur ce type de rationalité et permet de régler des problèmes ou les risques liés à l'incertitude sont minimaux.
La rationalité procédurale pour sa part convient dans les cas de figure ou l'information est imparfaite et ou le décideur doit faire preuve d'ingéniosité, d'intuition, Simon pense à cet égard que les systèmes informatisés ou d'aide à la décision sont utiles dans ce cas de figure.
* Contrôle : Celui ci est nécessaire pour confirmer les objectifs attendus des différentes actions mais il peut aussi au contraire entraîner une remise en cause qui fait repartir le processus de prise de décision ()

...