Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture

Offert !

Le lien de causalité : Commentaire de l'arrêt Perruche (Assemblée plénière, 17 novembre 2000)

Accédez à la dissert' du jour !

L’innovation dans la théorie néoclassique

Résumé du cours

Innovation en langage courant désigne une idée, un procédé nouveau ou encore l'action d'apporter de créer quelque chose de neuf. Cependant, le terme économique d'innovation est associé à Joseph Schumpeter qui lui donne les sens suivants : « mise sur le marché d'un nouveau produit, introduction d'une nouvelle technique de production, ouverture d'un nouveau marché » (Economie, de Samuelson et Nordhaus). On la distingue de l'invention, en tant que « création d'un nouveau produit ou découverte d'une nouvelle technique de production » (Economie, de Samuelson et Nordhaus). En réalité, c'est l'application industrielle de l'invention qui constitue un des processus de l'innovation. On peut alors se demander en quoi consiste l'innovation au sens économique du terme, et selon la définition originaire de Schumpeter. Quelle est alors sa place dans la théorie néoclassique, puisqu'elle constitue elle-même une nouveauté au coeur du courant ? En effet, on date les premier néo-classiques aux années 1870 avec notamment Léon Walras ou encore Carl Menger. Or, Schumpeter évoque pour la première fois l'innovation dans sa « Théorie de l'évolution économique » en 1912. En outre, on peut s'interroger sur les conséquences de l'innovation, ses répercussions sur les comportements des agents économiques. Il est indéniable que Schumpeter se base sur le modèle néoclassique pour théoriser l'idée d'innovation. Cependant, il s'en éloigne pour décrire un processus multiforme, aux diverses conséquences.

...