Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture

Offert !

Le lien de causalité : Commentaire de l'arrêt Perruche (Assemblée plénière, 17 novembre 2000)

Accédez à la dissert' du jour !

Commentaire d'arrêt: Cour de Cassation, Civ. 1, 20 février 2007

Résumé du commentaire d'arrêt

Une fois encore, la question de « l’homoparentalité » ressurgit ! Un an quasiment jour pour jour après son arrêt du 24 février 2006, approuvant la demande en délégation-partage d’une mère à sa partenaire, la Cour de cassation doit de nouveau prendre position sur ce sujet. Plus précisément, il s’agit de trancher la question de la constitution d’une famille homosexuelle fondée sur l’adoption de l’enfant de la concubine.
L’espèce met en cause deux femmes homosexuelles vivant en partenariat (PACS). Pendant la communauté de vie, l’un des membres du couple donne naissance à deux enfants que la mère a reconnus mais qui n’ont pas de filiation établie à l’égard du père. Par la suite, l’adoption simple des enfants avait été demandée, avec le consentement de leur mère, par la partenaire.
Dans un arrêt du 6 mai 2004, la Cour d’appel de Paris a rejeté la demande en adoption de cette dernière. Selon elle, cette adoption n’était pas conforme à l’intérêt des enfants car elle aurait privé la mère biologique de l’autorité parentale sur ceux-là.
Pour obtenir la cassation de cette décision, la partenaire demanderesse soutenait que la création d’un double lien de filiation, du fait de l’adoption, avec deux personnes vivant au foyer familial et participant à leur entretien et à leur éducation était conforme à l’intérêt de l’enfant. Elle soutenait également que la délégation d’autorité parentale qu’elle souhaitait obtenir était justifiée par ce double lien de filiation crée par l’adoption.
La question posée à la Haute Cour est donc la suivante : dans un couple homosexuel, l’adoption simple d’un enfant par la partenaire de sa mère, privant l’auteur de l’enfant de ses droits d’autorité parentale, est-elle possible ?
La Cour de cassation a rejeté le pourvoi de la demanderesse au motif que la mère des enfants perdrait son autorité parentale sur eux en cas d’adoption par sa partenaire, « alors qu’il y avait communauté de vie ». Selon elle, cette situation est contraire à l’intérêt de l’enfant car la communauté de vie perdure, c'est-à-dire que la mère naturelle entend continuer à élever l’enfant. Elle a également estimé qu’une délégation d’autorité parentale ne pouvait servir de correctif à cette perte d’autorité par la mère car cette institution est « antinomique et contradictoire » à l’égard de l’adoption. La Cour de cassation campe sur ses positions, refusant d’admettre l’existence d’un rapport de droit à part entière entre l’enfant et le membre du couple qui n’est pas son parent. Elle repousse les parades juridiques des couples homosexuels en attendant d’être secouru par le législateur.
Cet arrêt du 20 février 2007 semble ainsi fermer la porte à l’adoption dans le couple homosexuel. L’adoption simple, privant la mère biologique de ses droits d’autorité parentale, apparaît comme contraire à l’intérêt de l’enfant et à l’esprit de la loi (I). Il ferme également la petite fenêtre ouverte depuis l’arrêt du 24 février 2006 permettant à une mère, lorsque les circonstances l’exigent, de déléguer son autorité parentale à sa partenaire. En effet, la délégation-partage de la mère adoptive au profit de la mère biologique est clairement inconciliable avec une adoption simple (II).

...