Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture

Offert !

Cour de cassation, chambre criminelle, 12 janvier 2010 - la responsabilité pénale des professeurs

Accédez à la dissert' du jour !

1815 : la réorganisation de l'Europe

Résumé de l'exposé

L'année 1815 marque un formidable travail pour éviter l'échec de la paix. Le congrès de Vienne est une conférence internationale qui s'ouvre en novembre 1814 afin de discuter de la reconstruction de l'Europe après la chute de Napoléon Ier. Les quatre grandes puissances responsables de cette défaite de la France, l'Autriche, la Grande-Bretagne, la Russie et la Prusse - signent alors le traité de Chaumont le 8 mars 1814 qui prévoit une réunion des puissances monarchiques à Vienne, afin de ramener la paix en Europe. C'est l'Autriche qui espère alors rétablir son autorité en Europe centrale. D'autres motivations sont aussi présentes au sein de cette conférence, elles participent à la formation d'un équilibre des puissances en Europe. La conférence se tient à Vienne, en Autriche, entre novembre 1814 et juin 1815. L'objectif principal du congrès est de rétablir un « équilibre des pouvoirs » entre les pays européens afin de préserver la paix entre les nations mais avant toute chose de surveiller la France en y rétablissant une monarchie, pourtant contestée en France, celle de Louis XVIII. Cette question de restauration de la paix ressurgit après l'épisode des Cent-Jours entre mars et juin 1815 au cours duquel Napoléon Ier s'échappe de l'île d'Elbe et débarque le 1er mars 1815 en France avec une armée afin de chasser les armées coalisées, brisant temporairement les voeux des quatre grandes puissances. En juin 1815, l'épisode des Cent-Jours prend fin par l'abdication de Napoléon Ier, marquant la naissance de la Sainte-Alliance et la mise en place de « l'ordre de Vienne » dés septembre 1815.

Comment maintenir la paix et la nouvelle organisation de l'Europe ? Quels buts se donnent les principaux vainqueurs sur la France napoléonienne au cours du congrès de Vienne ? Ces buts sont-ils les mêmes que ceux poursuivis par la Sainte-Alliance en septembre 1815 ? Pour répondre à ces questions, nous verrons en premier lieu que le congrès de 1815 vise à restaurer la paix en Europe au prétexte de « l'équilibre des pouvoirs », puis que derrière ce prétexte se cachent des rivalités bien précises, dont des revendications territoriales. Enfin, nous verrons si des formes d'alliances qui se constituent garantissent une stabilité.

I- Le congrès de Vienne (novembre 1814- juin 1815) et les dissensions entre les grandes puissances

A- Le retour des grandes monarchies européennes dans le « concert européen »

L'Autriche, pays hôte du Congrès de Vienne, est représentée par le prince Metternich (1773-1859). A cette conférence participent Alexandre Ier, l'empereur de Russie (1801-1825), Frédéric Guillaume III (1797-1840), alors délégué principal représentant la Prusse, Lord Castlereagh pour la Grande-Bretagne. La France est présente par son diplomate, Charles de Talleyrand-Périgord (1754-1838), mais ne fait pas partie des grandes puissances (..)

...