Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture

Offert !

Comment devient-on haut fonctionnaire en France ?

Accédez à la dissert' du jour !

Le bonheur est-il une affaire privée ?

Extraits de l'exposé

[...] Dans ces conditions on ne pas éprouver du bonheur. Personne ne peut trouver le bonheur, personne n’est en paix. Cette liberté induit la perte du bonheur. Mais l’homme à une raison malgré tout ; l’homme à la faculté à raisonner. La raison découvre une règle qui dit que les hommes doivent renoncer à leur droit naturel et doivent s’en remettre à l’état. L’état est au dessus des hommes. L’homme lui remet sa liberté, il crée alors la force publique. L’état fait régner la paix, arrête la guerre civile. [...]


[...] Les hommes ne peuvent pas contester s’ils le conteste ils se contesteront eux même. Le bonheur est donc bien une affaire publique. Mais cette conservation du bonheur est problématique puisque finalement ils s’en remettent à un seul homme tout puissant. En effet des hommes perdent leurs libertés individuelles. Les hommes sont libre dans leur isolement et ne se rencontrent pas. Les individus sont sous l’emprise d’un seul homme. Une horde dirigée par un tyran, un maître tout puissant, c’est ce que dénonce Rousseau. Chaque individu donne sa liberté au tyran. [...]


[...] Le bonheur ne regarde personne, ni l’état ni la foule. La vertu n’est pas une fin en soi mais un moyen personnelle et privée qui appartient à chacun d’agir comme il veut pour atteindre le bonheur. Mais le bonheur et la réalité peuvent être perçus différemment. Le bonheur donc être perçu comme étant autrement, le bonheur peut être également de vivre en paix pas seulement avec soi même mais aussi avec autrui. Le bonheur peut être le sentiment d’être en sécurité et pouvoir vivre pleinement sa vie sans craindre d’être agressé par les autres individus de la société. [...]