Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos du contributeur
  • Lecture

Rédigez des études contre primes !

Choisissez un sujet dans la liste

Rédigez-le et envoyez-le nous

Recevez votre prime dès validation !

Consultez les sujets disponibles
Participez !

Devenez contributeur ! Publiez et vendez vos articles, dossiers et documents !

Publiez vos documents !

"L'art est fait pour troubler, la science rassure" (Braque)

Résumé de l'exposé

Se retrouver devant un tableau d'art abstrait est souvent déroutant. Au contraire, savoir que grâce à la météorologie (et donc à la science) nous serons préparés en cas de forte tempête dissipe nos craintes. Et en ce sens, l'art - la représentation du beau selon le Robert, on ne pensera pas à l'art de l'artisan ici - et la science - un ensemble cohérent de connaissances relatives vérifiées par une méthode expérimentale - sont radicalement opposés pour la plupart des hommes, une opposition que le peintre cubiste français du XXe siècle Georges Braque met en évidence dans Le Jour et la nuit par la phrase : "L'art est fait pour troubler, la science rassure." Mais il nous semble rapidement que cela n'est pas toujours vrai. Alors, que sont exactement les concepts d'art et de science ? Qu'est-ce qui permet à Braque de poser cette affirmation ? L'art n'est-il fait que pour troubler ? La science peut-elle rassurer indéfiniment ? Quels sont leurs véritables visées et effets ? Et quelle est la relation entre ces deux notions : sont-elles vraiment opposées ?

Dans un premier temps, nous ne pouvons qu'être de la même opinion que Braque : l'art est fait pour troubler et la science rassure.

L'art, selon Kant, philosophe allemand du XVIIIe siècle, "est la belle représentation d'une chose et non la représentation d'une belle chose". L'écart marqué par le déplacement du qualitatif "belle" nous montre bien que l'art n'a pas pour fonction de copier la nature (bien qu'il tente parfois de la représenter exactement). L'art serait le fruit d'une activité qui produit le beau, qui donne de la beauté à une chose (et non de l'utilité, comme l'artisan). Or nous avons tendance à considérer les choses plutôt en fonction de leur utilité que de leur beauté (bien qu'il nous est impossible d'oublier totalement cette dernière composante) : cette conception de l'art nous trouble donc déjà car l'art n'a pas d'utilité première. En outre, puisque l'artiste ne représente pas exactement le réel, il exprime une autre vision de ce réel (...)

...