Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture

Offert !

Les avant-contrats préparatoires à la cession de droits sociaux

Accédez à la dissert' du jour !

Zola, le naturalisme et ses rapports avec l'argent

Résumé du cours

Les dernières oeuvres de Zola appartiennent au cycle romanesque de l'utopie : Les Quatre Evangiles (Fécondité (1899), Travail (1901)). Justice n'a pu être « écrit ». Dans ce cycle romanesque, Zola décrit la construction de la « cité de justice et de bonheur » par les enfants de Pierre Froment et de sa femme Marie.

L'expression appartient déjà à Sigismond dans L'Argent (ch.XII, p.487). Travail évoque Germinal, il a aussi pour fin de figurer une société sans argent : il entre ainsi en résonance avec le roman de 1890.

Les hommes de Lettres et l'argent

1 - La fortune de Zola

Zola a fait fortune grâce à sa carrière littéraire, comme certains écrivains de feuilletons (Alexandre Dumas) : c'était à cette époque le théâtre ou la «littérature industrielle» du feuilleton (Sainte-Beuve) qui enrichissaient les hommes de Lettres. En effet, à partir du succès de L'Assommoir, tous ses ouvrages ont été lus aussi bien par le public bourgeois que par des lecteurs populaires. Il administrait avec beaucoup de sagacité ses contrats éditoriaux pour les Rougon-Macquart, était attentif à ses droits d'auteur pour les traductions étrangères, rédigeait des réclames qui paraissaient dans les journaux où devaient être publiés ses romans sous forme de feuilletons.

2 - La liberté de l'écrivain, grâce à l'argent

Zola, président de la Société des gens de Lettres (chargée de faire respecter la propriété des oeuvres littéraires), en même temps qu'il publie L'Argent, estime que cette bonne gestion commerciale est inséparable du travail de l'écrivain moderne.
Dans un article de 1880, "L'argent et la littérature", chapitre important du Roman expérimental, il oppose l'écrivain classique, comme La Fontaine, Racine ou Corneille, à l'écrivain moderne dont il fait une description proche de l'autoportrait. C'est un travailleur assidu qui, à force d'écrire dans les journaux et de travailler ses romans, s'impose à ses contemporains. Cette opposition de l'écrivain classique des XVIIème ou XVIIIème siècles, subordonné au protecteur qui le pensionne, et l'écrivain du XIXème siècle démocratique, qui conquiert son argent par ses succès, est profonde. Zola prétend que le premier est contraint à l'académisme, tandis que le second est le seul qui soit moralement et intellectuellement libre. ()

...