Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture

Offert !

Le lien de causalité : Commentaire de l'arrêt Perruche (Assemblée plénière, 17 novembre 2000)

Accédez à la dissert' du jour !

Peut-on parler de « littérature engagée » à Rome pendant la République ?

Résumé de l'exposé

L’apparition de la littérature à Rome naît de la volonté des Scipions de prendre modèle sur les monarchies hellénistiques. Envisagée dès le départ comme un moyen, un instrument de pouvoir et de domination, son but unique doit donc être à l’instar de la conception même de l’identité pré-construite du Romain, son utilité directe à la cité. Peut-on alors parler de « littérature engagée » à Rome sous la République ?

Selon la définition de l’engagement que Sartre propose en 1945 dans Situations II, Qu’est-ce que la littérature ? : « l’écrivain engagé sait que la parole est action : il sait que dévoiler c’est changer et qu’on ne peut dévoiler qu’en projetant de changer. » Or, la transformation que suppose ce concept accepte-t-elle la notion d’utilité dans son caractère obligatoire ? D’autre part, s’applique-t-elle aux idées, aux mentalités, à son propre objet ?
Il convient alors de se demander si les valeurs défendues par la littérature connaissent une évolution, et quelle est alors la nature de l’engagement à cette époque.

...