Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture

Offert !

Norbert Elias et la loi du monopole

Accédez à la dissert' du jour !

Yasmina Reza, "Le Dieu du carnage"

Extraits de la fiche de lecture

[...] Le téléphone ne va plus cesser de sonner, du moins jusqu’à ce qu’il finisse dans un vase Un destin qui résume bien la pièce, de l’agacement maîtrisé au carnage du moins au sens figuré. Certaines scènes ou actions sont drôles, mais l’ensemble est trop caustique pour ne pas générer un certain malaise. Portrait grinçant de notre société, le Dieu du carnage se regarde ou se lit surtout pour savoir jusqu’où la situation peut dégénérer. Yasmina Reza en quelques lignes Yasmina Reza est l’un des écrivains français d’aujourd’hui traduits dans le monde entier. Elle est née en 1959 à Paris d’une mère violoniste hongroise et d’un père mi-russe mi iranien, ingénieur et homme d’affaires. [...]


[...] Les couples font connaissance en parlant enfants, fleurs Mais ces sujets habituellement consensuels, ne le sont déjà pas vraiment compte tenu des raisons qui ont conduit ces parents à se réunir. Le ton est forcé, l’amabilité également et déjà il est évident que la tentative de conciliation va rapidement partir à la dérive. Le téléphone portable d’un parent sonne. Il marque une première rupture, comme il rythmera chaque étape du déchaînement des passions, tout en contribuant sans doute à la détérioration de l’atmosphère. [...]


[...] Son œuvre comprend des pièces de théâtre, mais aussi des récits et des romans : Hammerklavier Désolation Nulle part Dans la luge d’Arthur Schopenhauer Adam Haberberg Elle a également suivi Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle et en a fait un livre L’aube, le soir ou la nuit dont la préface a suscité bien des commentaires. Yasmina Reza, ce sont des répliques qui claquent, un style, une audace. C’est un univers plutôt tourné vers le drame et l’absurde, avec le recul nécessaire pour tourner le tout en dérision : légèreté est nécessaire, sinon le tragique serait mortel.» L’humour sublime le tragique. Il est libérateur et nous emporte au dessus d’une certaine sauvagerie, spectateurs lucides de nos aveuglements . [...]

sur 4

Autres docs sur : Yasmina Reza, "Le Dieu du carnage"