Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l'auteur
  • Lecture

Rédigez des études contre primes !

Choisissez un sujet dans la liste

Rédigez-le et envoyez-le nous

Recevez votre prime dès validation !

Consultez les sujets disponibles
Participez !

Devenez auteur ! Publiez et vendez vos articles, dossiers et documents !

Publiez vos documents !

Le développement du potentiel thérapeutique de l'activité en Psychiatrie

Résumé du mémoire

C'est lors de mes stages effectués en psychiatrie que l'idée de ce travail de fin d'études a vu le jour. Beaucoup de choses me posaient question : le rôle de l'ergothérapeute en psychiatrie, la place de l'activité thérapeutique et de sa justification, l'objectivité de notre prise en charge dans ce domaine.

En effet, nous savons que l'activité possède une place primordiale dans le domaine de l'ergothérapie psychiatrique mais celle-ci reste souvent perçue comme occupationnelle. J'ai pu constater que la perception du pouvoir thérapeutique effectif de l'activité par le client en psychiatrie reste floue. Il en va de même pour le but réel des activités ou des autres prises en charge ergothérapique et, cela, malgré un contexte de prise en charge défini, des moyens mis en oeuvre et une attitude thérapeutique établie.

Ces questionnements ne sont pas nouveaux et des recherches bibliographiques m'ont permis de découvrir que des travaux et des études en lien avec ceux-ci ont déjà été effectués. La lecture de ces documents a favorisé l'émergence de différents éléments permettant de préciser ce travail.

Les travaux de Doris Pierce m'ont dès le départ attirée car ils donnent une approche tout à fait particulière. En effet, elle décrit le développement du potentiel thérapeutique de l'activité qu'elle associe aux dimensions de plaisir, de ressourcement et de productivité, termes peu utilisés ici.

Forts intéressants également, les travaux qui ont été réalisés par Mohaly Csiksentmihalyi concernant la théorie du Flow, de l'expérience optimale. En effet, ils peuvent guider l'ergothérapeute dans la proposition d'une activité la plus autotélique possible pour les clients. La théorie du Flow est à mettre en relation avec la dimension subjective de productivité rencontrée chez Doris Pierce.

De cette réflexion, trois questions se sont alors dégagées.
1) "Comment objectiver la prise en charge du client en psychiatrie au travers de l'activité ?"
2) "Comment favoriser l'implication du client dans sa prise en charge ergothérapique en psychiatrie ?"
3) "Comment favoriser le développement du potentiel thérapeutique de l'activité pour le client en psychiatrie ?" (...)

...