Docs.school
Search icone
  • Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus
Recherche et publication de documents
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture

Offert !

Les avant-contrats préparatoires à la cession de droits sociaux

Accédez à la dissert' du jour !

Le rôle de la famille dans notre société (cours de Sociologie)

Résumé de la fiche

La famille a connu une évolution rapide ces dernières années, la famille française actuelle est diverse et insaisissable. D'ailleurs peut-on encore dire « la » famille » ou faut-il désormais parler systématiquement « des » familles ?
La famille, et c'est en cela qu'elle est une institution sociale, joue un rôle absolument fondamental dans le présent et l'avenir de la cité. Ce sont les familles (qu'elles soient par ailleurs patriarcales ou égalitaires, traditionnelles ou modernes, élargies ou nucléaires, monoparentales ou homoparentales) qui décident -sans en avoir évidemment une claire conscience- des équilibres dont aura besoin une société pour progresser ou des déséquilibres dont elle souffrira plus ou moins gravement.

Ce sont, par exemple, les familles considérées dans leur globalité qui déterminent le déclin ou le progrès démographique d'un pays et, par voie de conséquence, les dépenses indispensables d'éducation, le poids relatif des retraites ou les dépenses de santé. Ce sont les familles qui socialisent bien ou mal les enfants ou les jeunes. Ce sont les familles qui se déchargent le plus rapidement possible de leurs « vieux » impotents sur la collectivité ou qui les assument aussi longtemps que possible.

Parce qu'elle joue un rôle largement occulte mais décisif sur le destin de la communauté nationale, la famille se voit très légitimement prise en charge par le droit : celui-ci a ainsi défini l'identité juridique des membres de la famille, leurs statuts, leurs droits et devoirs, de même que les conditions dans lesquelles doivent se faire les unions, les désunions, les filiations, les transmissions des patronymes, etc.

Le lent déclin de la famille traditionnelle et l'émergence de la famille moderne

La famille traditionnelle était une famille fortement hiérarchisée, placée sous l'autorité d'un chef. Elle subordonnait l'individu au clan et était axée sur la solidarité obligée ainsi que sur la transmission des biens et des valeurs d'une génération à l'autre. Si la famille traditionnelle n'était qu'exceptionnellement contestée par les individus, c'est qu'ils y trouvaient la protection que la société ne pouvait pas, économiquement, leur assurer.

A partir des années 50, se sont développés un discours et une pratique politique qui ont partiellement déchargé la famille de certaines de ses fonctions : l'éducation des enfants, les soins aux malades, la prise en charge des personnes âgées. Les crèches, l'école maternelle, les hôpitaux et les maisons de convalescence, les maisons de retraites sont venus bouleverser un ordre séculaire qui subordonnait l'individu à la solidarité familiale ()

...